Le musée Dauphinois et ses animateurs

Aujourd’hui, dans le cadre de notre article du jour, nous étions en charge de trois interviews. Nous les avons menées sur trois personnes ayant des métiers très différents. Dans un musée, il y a une grande diversité de domaine de travail : la conservation, la préparation des expositions, l’animation des expositions, la surveillance des locaux et des oeuvres Nous avons posé des questions à la personne occupant l’accueil, à une autre chargée de la médiation, et pour finir à l’un des gardiens du musée.

Nous avons tout d’abord posé quelques questions à l’hôte d’accueil :

Le métier d’hôte d’accueil consiste à accueillir le public, physiquement ou bien par l’intermédiaire du téléphone, de mettre en place des brochures et des ouvrages souvent liés aux expositions actuelles.

Les différentes difficultés de ce métier résident principalement dans la gestion du stress, en effet les hôtes d’accueil peuvent être confrontés à des situations de précipitation, car ils sont très sollicités. Ils doivent gérer plusieurs activités en même temps.

L’hôte nous ayant accueilli aime principalement le contact humain, et la polyvalence que peut créer ce métier, en revanche il n’apprécie pas les tâches ménagères de chaque matin.

Si le métier d’hôte d’accueil vous intéresse, il existe un bac professionnel qui mène à ce métier.

Ce qu’il a appris c’est la diversité des contacts, et la liberté de manœuvre que ce métier permet.

Rien que pour vous, quelques conseils pour être un bon hôte d’accueil. Il vous suffis d’être patient, souriant, à l’écoute des autres et surtout, de bien travailler votre anglais.

Si vous voulez savoir combien rapporte ce métier et bien, si vous n’êtes pas titularisé ce sera le SMIC mais si vous êtes fonctionnaire, vous obtiendrez des primes (dans ce cas, mieux vaut être fonctionnaire non ? ).

Ensuite, durant une conférence la médiatrice, nous a présenté son métier et en même temps son lieu de travail.

 OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mme Kyriakides nous a tout d’abord énuméré les différentes sortes d’exposition et tout ce qui concerne son travail.

Celui-ci consiste à guider les visiteurs, à exposer son métier, à former les guides, à mettre le matériel à disposition et à faire le lien entre le musée et le public. A préparer des animations, et des activités autour des expositions.

Les études pour pratiquer ce métier sont du niveau de Bac +2 voire Bac +3. Donc il faut passer un concours de conservateur ou d’attaché de conservation dans lequel il faut avoir une culture générale importante, savoir quelques langues étrangères et surtout être passionné par la culture et les arts.

En revanche ce métier peut s’avérer difficile. Il nécessite de l’organisation et du recul sur certains travaux car il faut gérer plusieurs dossier en même temps et il ne faut rien négliger.

La difficulté réside aussi dans les horaires car ils ne sont pas fixes. Par exemple, elle peut finir tard le soir à cause d’événements organisés par le musée comme un vernissage d’expositions et même revenir durant les week-end. Il faut donc être disponible.

Dans ce travail, tout s’apprend sur le terrain et surtout grâce à une passion dévorante des arts régionaux.

Et pour finir, le gardien Hubert nous a accordé de son temps pour répondre à nos quelques questions.

 hubert

Ce travailleur d’une société privée de gardiennage n’est pas seulement chargé de surveillance mais aussi d’aider les personnes en danger en cas de malaise, voire d’incendie. Il est donc titulaire du SIAP ( sécurité d’incendie et d’aide à la personne ).

Durant son cursus au musée Dauphinois, il n’a jamais eu de désagréments que ce soit du vandalisme ou du vol, seulement quelques petits incidents sur des portes et des charnières cassées mais rien de grave à déplorer.

 Il y a un CAP et un Bac professionnel dans le domaine de la sécurité (pour les Bretons au lycée Rosa Parks à Rostrenen ! ), le métier de gardien de musée est donc accessible avec cette formation.

Les principaux contacts se font avec le personnel et le public, et il est le deuxième rideau d’accueil, aidant les visiteurs à se repérer dans le bâtiment, un ancien couvent avec un dédale de couloirs e de salles.

Emilie Le Breton, Morel Léa, Ionita Roxana, Feuilletin Nolwenn

Advertisements
Cet article a été publié dans Mémoire, Métiers. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s