La toxicité des nanoparticules

 Aujourd’hui (13/02/2013) nous sommes aller à IsTerre (Laboratoire de recherches scientifiques universitaires à Grenoble).

Nous y avons rencontrer une jeune chercheuse qui consacre son temps à la recherche, des nanoparticules.

Des nanoparticules sont des particules naturelles ou manufacturées, accidentelles ou naturelles. On les retrouve par exemple dans des feux de forêt, ou dans des éruptions volcaniques.

Les nanoparticules sont des particules divisées par 10^-9 . (C’est à dire, divisées un millimètre par un milliardième)

C’est une nouvelle science, elle à vue le jour il y à moins de dix ans.

Cette science consiste à identifier les particules les enregistrer et les mélanger pour créer des nouveaux matériaux tel que: Des vêtements, de l’électroménager, des cosmétiques et bien d’autres encore…

Les scientifiques s’intéressent à l’impact des nanoparticules sur l’environnement et sur l’humain.

Exemples: Toutes modifications de l’environnement aura un impact sur :

– les travailleurs (La Production de matières premières, leurs transports et leurs stockage…)

–  sur la Population générale par la qualité de l’air, de l’eau et de l’alimentation…

Les Produits en fin de vie se dispersent dans l’air et modifient à leurs tours l’environnement.

Ex: Le pneu de voiture s’use mais on ne voit pas ce qui s’en échappe dans l’air.

La recherche sur les nanoparticules sert également à améliorer les soins médicaux par leurs caractéristiques physiques et leurs aptitudes à pénétrer tous les tissus.

L’extrême jeunesse de cette science à conduit l’Europe à la mise en place d’un système de référence le REACH (Enregistrement, évaluation et restriction des produits chimiques.).

L’IsTerre de Grenoble est spécialisée sur les végétaux, d’autres centres travaillent en ce moment sur l’Europe entière sur les poissons, les bactéries, les algues et les crustacés…

Nous avons pris conscience de l’intérêt de la science, et apprécier les travaux des chercheurs, même si pour nous la science n’est pas une passion.

Mathilde Daulny, Tara Jones, Camille Le Moine, Léa Méheust.

Advertisements
Cet article a été publié dans Les laboratoires, Sciences. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s