Le tramway de Villard de Lans

Le tramway de Villard de Lans était une ligne longue de 39 km qui reliait Grenoble à Villard de Lans sur le plateau du Vercors.

Historique :

En 1893, l’inauguration de la première ligne de tramway passant par Fontaine a été effectuée. Celle-ci partait du square des Postes à Grenoble, traversait la commune, puis Sassenage, pour rejoindre enfin Veurey. Ce tramway à vapeur effectuait ainsi 15,8 kilomètres. Ce nouveau mode de transport a facilité la circulation des hommes comme des produits entre les deux rives du Drac. Il a également permis aux excursionnistes d’accéder plus facilement aux bois des Vouillants.

En 1901,  la ligne reliant la place Félix Poulat à Grenoble au pont du Drac à Fontaine a été mise en service.

En 1903, l’énergie électrique a remplacée progressivement la vapeur.

 La première section urbaine a été ouverte en 1911, la ligne Grenoble-Seyssins est inaugurée. Une gare est également créée à Saveuil.

Ce n’est que le 1er juillet 1920 que le tramway a atteint la gare de Villard de Lans. Sa réalisation avait été retardée par la Première Guerre Mondiale. Le wagon part de Grenoble, remonte le cours Berriat et traverse le Drac puis aborde la pente du Vercors à Seyssins, passe par la Tour-sans-Venin, Saint-Nizier, Lans-en-Vercors jusqu’à Villard-de-Lans.

villard 2012 012Image de la gare de Seyssins

En 1949 la ligne est réduite à Seyssins.

A partir de 1951, un bus remplace les wagons sur l’ensemble du parcours. A cette époque, le tramway est beaucoup moins confortable. Aucune fenêtre ne protège les voitures. De simples bancs en bois mettent en compote les fesses des passagers. A chaque escale, un receveur exige le paiement des passagers qui montent dans les voitures.

En 1952, l’arrêt de la ligne Grenoble-Veurey est décidé. Le 31 aout, le dernier tramway traverse Fontaine.

 

Aujourd’hui, on peut encore voir plusieurs vestiges, le long de la plate forme encore bien intacte. En conséquence, on ne trouve aucun vestiges du GVL dans la plaine de la ville, seuls quelques noms d’arrêts de bus n’ont pas changé de nom depuis bientôt 100 ans.  Entre Seyssinet et Seyssins, la zone plane devant accueillir la gare de Seyssinet, jamais construite, sert aujourd’hui de terminus pour la ligne 55. La plateforme en site propre qui mène à Seyssins a été reprise par la route. Le premier vestige rencontré est l’ancienne gare de Seyssins, au cœur du village. Elle est devenue une maison.

Advertisements
Cet article a été publié dans Développement durable, Mémoire. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s