Vieux Villard de Lans croisé vieux Lamballe

Lettre d’un Lamballais (domaine culturel)

 Ma chère sœur,

 Je tenais à prendre de tes nouvelles depuis ton départ pour Villard de Lans. Ici, pas grand chose n’a changé. J’ai pris la relève de papa au Haras. Tous les jours, je ferre les chevaux, et le Haras s’est agrandi. Nous avons jusqu’à 400 chevaux maintenant ! J’espère que prendre l’air de la montagne t’aidera à te soigner, prends soin de toi.

 A bientôt j »espère, ton frère

 _______________________________________

Lettre d’une Lamballaise en cure à Villard de Lans (réponse, domaine culturel)

 Mon frère,

 Je découvre peu à peu le Vercors, et je dois dire que cela me plaît. Je pense que ça m’aidera beaucoup. D’ailleurs en parlant de ferrer les chevaux, nous on ferre les vaches en ferronnerie et maréchalerie! Là-bas, il y a de la neige et des stations de ski. Je n’ai pas encore les moyens d’en faire, mais j’espère bientôt. Grâce à ça, le tourisme se développe, et il y a beaucoup de monde par rapport à Lamballe. J’ai entendu parler des Jeux Olympiques. Notre région pourrait y participer !

 Je t’embrasse, ta sœur

 _______________________________________

Lettre d’une Lamballaise en cure à Villard de Lans (domaine de l’architecture)

 Mon cher frère,

 J’ai enfin emménagé dans une chambre de l’hôtel des voyageurs, j’ai un grand balcon ou je peux me mettre face au soleil pour reprendre des forces. L’hôtel est très beau, le toit est en lauzes, et les bordures du toit sont « en pignons », on appelle ça aussi « sauts de moineaux »! Ce sont des caractéristiques de l’architecture du Vercors. Je t’envoie une photo, les bâtiments d’ici sont très différents de ceux à Lamballe.

 _______________________________________

 Lettre d’une Lamballaise en cure à Villard de Lans. 25 Mars 1947

 Mon très cher frère,

 Il m’est venu une idée de projet ! Je pense écrire un livre sur l’histoire de Lamballe et celle du Villard de Lans. J’ai fais des recherches sur ici à l’époque, je vais donc te raconter l’histoire de Villard de Lans :Fondé au XIe siècle, le territoire du Villard de Lans se structura en hameaux au gré des fronts de défrichements qui définirent les terroirs cultivables. Le bourg fut fondé au croisement de deux chemins existant depuis la République romaine.Le bourg commercial est très actif et prospère en 1338, c’est pourquoi la même année le Villard est récompensé. La communauté augmenta massivement l’exploitation forestière au cours du

XVIIe siècle, permettant à quelques familles locales d’en tirer des profits considérables. En 1782, la destruction de certaines scieries fut ordonnée. En 1812, un grand incendie dévasta la majeure partie du bourg, Cette même année, le bourg accueillit sa première école. En 1888, Villard-de-Lans devient une des premières communes de France électrifiée grâce à l’ingénieur Séraphin Achard-Picard. Durant la Seconde guerre mondiale, Villard-de-Lans accueille le seul lycée polonais de l’Europe occupée, installé dans les bâtiments de l’hôtel du Parc et du château.

Voilà l’histoire de mon village en quelques lignes. Si tu pouvais m’envoyer des informations sur Lamballe à l’époque, je t’en serais reconnaissante.

J’espère pouvoir te revoir très vite ici, ta sœur.

_______________________________________

Lettre d’un Lamballais Le 16 avril 1947

 Ma chère soeur,

Cela fait un an que je suis revenu de la guerre, ce fut très épuisant pour moi. Je n’ai cependant jamais été en première ligne et risqué de me faire tuer.

J’espère que tout se passe bien de ton côté et que ta maladie finira par se calmer pour que tu puisses revenir à mes côtés. L’idée d’écrire un livre est brillant. Je vais te donner les informations sur l’histoire de Lamballe après de longues recherches : A partir du XIèmesiècle, l’histoire de la ville se confond avec celle du Penthièvre, territoire cédé par le duc de Bretagne, Alain, à son frère cadet, Eudon, après la mort de leur mère, Harvoise de Normandie, en 1034.

En 1084, Geoffroy Botterel fonde donc Lamballe.
En 1420, le seigneur de Lamballe se rebelle contre le duc de Bretagne qui fit abattre les murailles de la ville. Celle-ci pût alors s’étendre vers la rivière du Gouëssant.

La ville retrouve son prestige quand Jean III de Brosse, duc d’Etampes, gouverneur de Bretagne, comte de Penthièvre, fit rebâtir l’enceinte du château en 1556.

Le commerce se développe donc sensiblement, notamment du fait de la présence au « château » d’un grand seigneur, gouverneur de Bretagne qui aménage deux « lieux de plaisance » à l’est et à l’ouest de la ville : Lanjouan et le Boccage-Vaunoise.
Des aménagements notables ont cependant lieu à partir du XVIIIème siècle comme de nouvelles rues.
Le XIXème siècle marque l’image urbaine.
En 1846 et 1847 la porte Bario est démolie et la rue Bario élargie. Les destructions modifient l’aspect de la ville. A cela s’ajoutent de nouveaux tracés de routes. Mais ce qui caractérise le XIX
ème siècle est sans doute la construction du haras et l’arrivée du chemin de fer en 1865, ceci a lancé l’activité urbaine et le commerce aux alentours.

Voilà, j’espère que ces informations vont t’aider.

 Je pense à toi, ton frère qui t’aime.

Blanche

Publicités
Cet article a été publié dans Mémoire. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s